LABO DANSE/ PRESSION - MAROC

Mercredi 6 Octobre à 18H

Institut français de Casablanca

Une scène neutre, un décor minimaliste, une masse humaine difforme… Cette pièce nous transporte dans un univers représentatif de nos tourments les plus profonds où le mouvement, tantôt lent tantôt frénétique, dénonce l’angoisse endurée par les corps et les esprits depuis la séparation originelle inhérente à la condition humaine : la naissance. 

A posteriori, notre existence n’est plus qu’un enchaînement d’événements hasardeux régis par une entité omnipotente, ou n’est-ce qu’une force? 

Pression : (n.f) Force qui agit sur une surface donnée.

Performance encadrée par les chorégraphes : Wajdi Gagui et Ahlam El MorsIi

Avec : Esther Lozano Torne, Marie Bruel, Hamza Baroune, Redouane Nasry, Hamid El Idrissi, Widad Awab, Zakaria Fayoud, Mehdi Dhakan, Solene Bourezma, Hamza Dadi, Salma Sadeq, Roaa Idali Oumhand, Mohamed Bouriri, Hamza Baroune, Soukaina Fawzi, Ayoub Hattab, Ahmed Azzazi, Mohamed Guechri, Aida Jamal, Nadir Moukafih, Abdelkader Mahir, Hicham Ismakhe. 

LES INDES GALANTES

Mercredi 6 Octobre à 18H

Institut français de Casablanca

Documentaire de Philippe Béziat (France )

C’est une première pour 30 danseurs de hip-hop, krump, break, voguing… Une première pour le metteur en scène Clément Cogitore et pour la chorégraphe Bintou Dembélé. Et une première pour l’Opéra de Paris. En faisant dialoguer danse urbaine et chant lyrique, ils réinventent ensemble le chef-d’œuvre baroque de Jean-Philippe Rameau, Les Indes Galantes. Des répétitions aux représentations publiques, c’est une aventure humaine et une rencontre aux enjeux politiques que nous suivons : une nouvelle génération d’artistes peut-elle aujourd’hui prendre la Bastille ?

MANAL TASS / KOBOUL MAROC

Jeudi 7 Octobre à 17H00

L’uZine

Koboul veut dire acceptation. Accepter quoi? Accepter d’aller voir là où on ne veut pas voir. Un destin, une violence, une renaissance. Ce solo exprime une lutte pour la vie et tout son possible. Une sincérité qui tremble, un espoir qui inonde. Car même après le plus atroce, la beauté est là.

Création et Interprétation : Manal Tass

Regard extérieur : Anne Lise Riscalla

Soutien : Goethe-Institut dans le cadre du projet « Un/Controlled Gestures »

Partenaires : Espace l’moutalate, localD, l’Uzine, Théâtre Aquarium

CENTRE CULTUREL LES ETOILES / BANI MAKADA MAROC

Jeudi 7 Octobre à 17H30

L’uZine

« Bni Makada, Tanger,

 

Quartier marchand, population fourmillante. Au détour de cette foule, certaines identités marquent et forment l’espace et l’esprit du quartier. Entre postures et attitudes, se dessine le tableau réaliste de certains personnages que nous avons tous déjà croisés.Connu pour sa réputation sulfureuse, le quartier est passé par de nombreuses périodes.Parfois marqué par ses intellectuels aux idées florissantes, d’autre fois perçu comme un espace problématique à l’atmosphère violente, ce quartier a inscrit une histoire particulière.Pour autant, l’idée qui reste la plus inscrite dans l’esprit de tous, est celle du militantisme. Qu’est-ce qu’évoque cet esprit de résistance ?Marqué par l’oppression, ce peuple à la main sur la bouche ne cesse de vouloir s’exprimer. Des corps présents, engageant un questionnement sur le principe d’unification pour la liberté : celle de pouvoir dire. »

Chorégraphie/ Mise en scène : Mehdi Dahkan & Marie Bruel

Interprètes : Reda El abassi, Ismail Bouh, Badr Ben amar, Yassine El Atlassi, Ilias Tawn 

Co-prodution: Centre Culturel Les ETOILES

Projet de transmission de la cie Génération Z

JONAS FREY / THE DREAMER ALLEMAGNE

Jeudi 7 Octobre à 19H00

Institut français de Casablanca

The Dreamer joue avec les attentes que nous avons envers un solo de Break : mouvements acrobatiques, énergie explosive, musique énergique, court et précis. Ce solo explore une perspective différente du Break et emmène le spectateur en voyage dans un monde de rêve de mouvements.


Chorégraphie  et Interprétation : Jonas Frey  

 

 

IAN GARSIDE / HASTA EL INFINITO Y MÁS ALLÁ ROYAUME UNI - ESPAGNE

Jeudi 7 Octobre à 19H30

Institut français de Casablanca

Une pièce de danse/théâtre physique, qui explore la relation éternelle de l’humanité avec la mort.

Illuminer et mettre en évidence l’abîme inconcevable de la mortalité. Le courant sous-jacent que tous les humains portent avec eux sur le chemin de la vie.

Une réflexion sur les expériences qui nous impactent de notre croissance à notre vieillissement et au-delà.

Sans le prendre trop au sérieux, c’est une promenade théâtrale dans laquelle chacun peut voir son existence reflétée.

Mise en scène / Chorégraphie / Performance : Ian Garside

Conception lumière : Grace Morales

Conception sonore : Alex Catona

Conception de costumes : Verónica Corujo

Dramaturgie : Guaxara Baldasarre

Production : Cristina Pérez / productions de poids

Conception graphique et photographie : Illya Lukyanov Design

Vidéo : Javier Melián Fleitas

Photographie : José Luis Marrero Medina

Subvention : ICDC 

Soutien : Canarias Crea, Centre Chorégraphique de La Gomera, Canarias Crea Canarias, Excmo. Conseil municipal de Gáldar, Gran Canaria.

LABO DANSE / A4 Formation danseurs - MAROC

Vendredi 8 Octobre à 18H00 

Villa des Arts de Casablanca

Représentation de la société avec ses individualités, ses caractères, ses postures. Le souhait pour certains de s’affranchir d’un groupe, pour d’autres de s’y insérer .Puis, encore pour d’autres de se faire happer dans cette foule. Celle-ci en constante mouvance, ne cesse de se former et de se diluer, au fil du temps. L’action, ou la réaction d’un individu peut en changer la forme, l’esprit. Connexion, interactions, choc : on perçoit nos différents rapports. Parfois dans une atmosphère brutale, d’autres fois dans des cadres plus apaisants. 

Une pulsation commune ouvrant alors de nouvelles horizons, de nouvelles trajectoires, de nouveau desseins.  

Performance encadrée par les chorégraphes : Wajdi Gagui et Ahlam El  MorsIi

Avec: Esther Lozano Torne, Marie Bruel, Redouane Nasry, Hamid El Idrissi, Widad Awab, Zakaria Fayoud, Solene Bourezma, Hamza Dadi, Salma Sadeq, Aymen Senoussi

LABO DANSE / UR MOV Formation danseurs - MAROC

Vendredi 8 Octobre à 18H30

Villa des Arts de Casablanca

Entre urbain et contemporain, UR MOV expose, à travers différents tableaux, les maux de la société actuelle : la routine stérile qui s’installe, la sensation pesante d’enfermement, les doutes existentiels omniprésents mais aussi la disjonction entre la nature humaine sauvage et notre domestication imposée. 

Cette pièce est représentative de la quête de sens dans un monde austère et en perpétuel changement, ou plus simplement, la quête de soi. 

Performance encadrée par les chorégraphes : Wajdi Gagui et Ahlam EL MorsIi

Avec: Roaa Idali Oumhand, Mohamed Bouriri, Hamza Baroune, Soukaina Fawzi, Ayoub Hattab, Ahmed Azzazi, Mohamed Guechri, Aida Jamal, Nadir Moukafih, Abdelkader Mahir, Hicham Ismakhe. 

OTHMAN SELLAMI / 30 BIS MAROC

Vendredi 8 Octobre à 19H00

Institut français de Casablanca

Dans cette performance, je cherche mon identité, révélant ma mémoire, mon expérience, ma liberté/non liberté et mon âme. Je m’enfuis, laissant mes traces en perpétuelle transformation. Cette transformation constitue-t-elle mon existence? 

Chorégraphie et interprétation : Othman Sellami

CIE WAJDINS / ERROR 404 MAROC- FRANCE

Vendredi 8 Octobre à 19H30

Institut français de Casablanca

« Error 404″… Sur une planète en forme ronde, en forme de cercle, de continuité et d’union profonde, nous ferons semblant que l’union et la continuité de ce cercle ne veulent rien dire. 

Chacun va essayer, seul de son coté, de partir à la conquête d’un destin qu’il ne peut prédire. Mais l’union de tout l’univers prime, ainsi que l’énergie de l’humanité qui nous anime. Alors nos gestes, nos pas, et nos destins ensemble riment.

Quand tu me portes lorsque je n’ai plus de forces, quand je te supporte pour que tu avances. 

Et même si nous faisons preuve d’ignorance, nous existons toujours dans le même cadre et nous nous influençons. Tels des miroirs reflétant les nuances de tout l’univers, en paix, bonheur, guerre, ou souffrance. Car on vit sur une planète qui tourne dans un même sens. Alors faire semblant d’indépendance sur une planète qui a un unique destin, sera un essai en vain… sera notre « Error 404 ».

Chorégraphie  et  interprétation : Marie Bruel / Mourad Koula

Soutien : Les Rencontres Chorégraphiques de Casablanca.

CIE DOS PROPOSICIONES Danza Teatro / PACTO DE FUGA ESPAGNE

Samedi 9 Octobre à 16H30

Institut Cervantes

Si Eve a mordu la pomme et condamné l’humanité, dans cette pièce les trois interprètes cherchent à mettre fin à cette condamnation féminine.

Celle de la pomme damnée, celle du péché originel. Les femmes ont toujours été en quelque sorte comme le point zéro de tous les maux de la terre.

Cette création s’appuie sur la force d’un couplet dans la voix de Doña Concha Piquer comme point de départ de cette passionnante rencontre qu’est Pacto de Fuga.

Une histoire de révélation, de servitude et de libération, qui coule naturellement dans une danse énergique, vitale et puissante. Plus jamais de pomme pourrie.

La musique de Pájaro et la collaboration spéciale de Niño de Elche complètent un espace sonore qui accompagne une chorégraphie que les 3 interprètes se sont appropriées avec leur propre langage.

Idée / Réalisation : Raquel Madrid

Interprètes : Raquel Madrid, Anna París, Sandra Ortega

Chorégraphie : Raquel Madrid, Anna París, Sandra Ortega, Laura Lizcano, Laura Morales

Musique / Espace sonore : Concha Piquer, Niño de Elche, Pájaro

Montage son : Paco Prieto (Happy Place)

Photographie : Álvaro Trigos / Luis Castilla / Luis Montero

Soutien : Ambassade d’Espagne au Maroc

Production :  l’Institut de Culture de la Mairie de Séville et MES DE DANZA pour le programme BAILAR MI BARRIO 2016

CIE GÉNÉRATION Z / 2M MAROC- FRANCE

Samedi 9 Octobre à 18H00

Villa des Arts de Casablanca

‘2m’ est une recherche sur les racines. Ce solo évoque l’effet de la culture sur l’identité.

Comment l’identité de chacun est affectée par les normes, les traditions et certains aspects de sa propre culture.  Ces racines que l’on ne choisit pas occupent alors une place prépondérante dans nos vies. Elles sont souvent la signature de nos manières  d’être ou de penser. Elles prennent une place importante dans nos choix, nos relations, nos peurs et nos rêves. Ce lien dans certains cas peut être vécu comme un poids. Pour d’autres se révèle être une fierté, répondant à un besoin viscéral d’appartenances.

Ce solo parle d’une identité, d’une culture et d’un lien.

Chorégraphie et Interprétation  : Mehdi Dahkan  

Partenaires : American Language Center (ALC),Youmein Festival

CIE COL’JAM / SURVIE MAROC- TUNISIE

Samedi 9 Octobre à 18H30

Villa des Arts de Casablanca

« Survie » reflète les réalités vécues dans différentes régions et continents dans le monde, pauvres en eau. Notre recherche est représentée par des images de contradictions, entre l’évolution mondiale et la dégradation des richesses naturelles… Un paradoxe que cet œuvre traite, où l’objet primaire sur scène sera : le bidon d’eau.

Avec une mise en lumière sur l’humanité qui souffre en silence, contrainte de survivre loin des besoins vitaux, de la ville, et de sa technologie … Dépassées par un monde moderne peu sain, créé et recréé …Une conscience collective est nécessaire.

Par cette œuvre le public sera initié à l’état du monde à travers un langage chorégraphique riche de valeurs et de messages vivants en le transformant en spectateur-acteur du moment.

Chorégraphie : Wajdi Gagui

Regard extérieur : Ahlam El Morsli

Interprétation : Ahlam El Morsli, Esther Lozano torne, Marie Bruel, Mehdi Dahkan, Wajdi Gagui, Soufiane Faouzi Amrani

Régisseur plateau : Samir Chabbi

Création lumière : Saber Gagui

Soutien : Ministère de la Culture de la Jeunesse et du Sport, Institut français de Casablanca, L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), USEP Chénier, Les Rencontres Chorégraphiques de Casablanca.

CIE LES PIEDS NUS / BOX MAROC

Samedi 9 Octobre à 19H00

Institut français de Casablanca

Suffit- il d’être un corps dans l’espace pour exister ? L’espace détermine-t-il notre rapport à la liberté ? L’espace ouvert ou réduit, intime ou public, physique ou mental, conditionne-t-il notre rapport au bonheur ? « Box » est l’exploration d’une destinée par le mouvement dansé.

Chorégraphie et interprétation  : Salima Moumni  

Soutien : Les Rencontres Chorégraphiques de Casablanca, Danse Cité

CIE No Way Back- Sortie de résidence Belgique

Samedi 9 Octobre à 19H30

Institut français de Casablanca

Fondée en 2009 par le breakdancer et chorégraphe Milan Emmanuel, la compagnie No Way Back se situe à la frontière entre la danse Hip Hop et contemporaine, entre la rue et la scène, entre le présent et le futur. Elle offre un regard décalé sur la société et nos mœurs, avec un discours engagé et la conviction de contribuer à une évolution certaine.

Résolument issue des arts Hip-Hop; elle n’en renie aucun fondement mais les sublime. Usant de ses disciplines comme autant d’outils d’expression pour élever la réalité. Se nourrissant de tous apports, elle ne recule devant aucun mélange de genre lui permettant d’étayer ses propos.

La Cie No Way Back a toujours eu à cœur de traiter des sujets de société avec humour, d’avoir un discours réaliste et conscient des difficultés actuelles mais résolument positif et tourné vers un avenir meilleur. Elle atteint ces objectifs grâce aux outils qui sont les siens : les arts urbains.

Chorégraphie : Milan Emmanuel 

Danseurs: 6 danseurs sous réserve